15 mai 2006

Armer nos douaniers?

Posted by Picasa
Depuis six ans, j’ai passé des centaines de fois la frontière entre les États-Unis et le Canada avec un chargement.

Aujourd’hui, le gouvernement canadien minoritaire des conservateurs veut armer les douaniers. J’aimerais vous décrire ici, la perception que j’ai des travailleurs des postes frontaliers des deux pays voisins, afin que tous aient l’heure juste et puissent juger de la pertinence ou non d’une telle mesure.

Les douaniers américains se révèlent, aux yeux des camionneurs, comme des policiers armés d’une grande autorité et avec qui il ne faut pas badiner. L’un d’entre eux m’a affirmé que l’on accède à ce poste comme on entre dans l’armée. On les assigne à une frontière sans égard à leur volonté et sans jamais accommoder leurs caprices personnels.

Il projette l’image d’une brigade très hiérarchisée, avec des bananes aux épaules indiquant leur niveau, allant de zéro à deux (les plus gradés, ne travaillant pas au front). Ils perçoivent les passants comme des ennemis potentiels et sont prêts à employer les techniques de maîtrise d’un suspect, apprises à la sueur de leur front, au moindre soupçon. Des codes leur permettent de recevoir l’aide d’une équipe de collègues de travail immédiatement. Pour avoir maintes fois observé leurs méthodes, je les sais très raffinées et très appliquées. (photo prise en catimini, je n'avais pas la permission... je leur ai bien demandé, mais ils m'ont dit non...)

Par exemple, pour inspecter sommairement un camion, une escouade de trois agents des douanes est nécessaire. Celui qui appréhende un camionneur appelle du renfort. Dans tout le processus, le chauffeur est constamment considéré comme un suspect et quand il a ouvert lui-même ses portes d’équipement, un douanier lui indique où se positionner sans jamais le quitter des yeux, lui ordonnant même de ne pas mettre les mains dans ses poches. Le deuxième se tient en retrait et surveille la scène prêt à intervenir, pendant que le dernier grimpe dans la remorque pour faire ladite inspection. Alors qu’il y a six ans mes impressions étaient qu’à la douane américaine on pouvait traverser à peu près n’importe quoi sans se faire inspecter, depuis le 11 septembre, le nombre de douaniers à la frontière états-unienne a, à l’oeil, triplé. Nous sommes témoins d’intervention chaque fois que nous passons.

À chaque traversée, on nous pose systématiquement plusieurs questions : « qu’est-ce que vous transportez? », « quelle est votre citoyenneté? », « où êtes-vous né? », « où allez-vous? »; même si tout ça est écrit noir sur blanc sur les documents qu’ils exigent. Ça leur permet de mesurer le degré de nervosité des « suspects » que nous sommes tous à leurs yeux et surtout d’éprouver le degré de compréhension de la langue (il faut impérativement être en mesure de comprendre et de s’exprimer en anglais pour entrer aux États-Unis).

On applique les règlements à la lettre sans discrimination raciale. On ne tient pas pour acquis que nous sommes blancs comme neige, même si c’est la couleur de notre peau. Hommes, femmes et enfants, les Noirs comme les Blancs, les barbus à lunettes comme les hommes à turban, tous ont droit au même traitement.

Est-ce que je sens qu’il y a un excès de zèle? Je sens plutôt qu’ils appliquent les lois comme il se doit et sans jugement. Après tout, ils ne sont pas là pour les juger, mais pour les appliquer. Nous sommes les premiers à pester quand les policiers émettent publiquement des opinions sur les lois et portent des jugements sur celles qu’ils doivent appliquer. Les douaniers accomplissent correctement la mission qui leur est confiée, soit celle de contrôler l’entrée de leur pays. Je changerais peut-être d’idée s’ils avaient abusé de leur pouvoir à mon égard, mais comme ils agissent tout en étant eux-mêmes surveillés, ça diminue les possibilités d’abus.

En revanche, à la frontière canadienne, tout ne paraît pas si contrôlé et les lois ne semblent pas si appliquées. Dans leur cabine, les douaniers feuillettent des magazines, sont absorbés dans un roman, ou dans un travail d’école (l’été on embauche des étudiants!), ils regardent des catalogues. La question la plus importante à leurs yeux est « avez-vous acheté quelque chose? » et « Combien de jours à l’extérieur du pays? », pour savoir si on devra payer des taxes. La mission première des douaniers canadiens est de collecter des taxes sur les produits achetés à l’extérieur du pays. Ils ne demandent pas systématiquement les papiers d’identité. Est-ce parce que nous sommes blancs et que nous avons un accent québécois inimitable qui fait de nous de Canadiens sans contredit? Je n’en sais rien. Mais ils apparaissent comme des fonctionnaires sans autorité crédible et non comme l’autorité avec le pouvoir de vous arrêter sans mandat.

Pour changer l’image de « passoire » de la frontière du Canada, il faudrait d’abord s’attaquer à l’attitude des douaniers dans les cabines aux postes frontaliers. Ils doivent appliquer les lois et enquêter tous les voyageurs pour savoir s’ils les respectent. Mais peut-être ne sont-ils là que pour collecter des taxes? Peut-être préfèrent-ils laisser le travail de protection à l’entrée du pays aux Américains?

Il y a quelques voyages, nous avons dû nous rendre à l’entrepôt des douanes de Winsdor, celle étant la plus achalandée au pays pour les camions. À trois kilomètres de la frontière dans la ville, c’est là qu’on fait les inspections des cargaisons ou qu’on finalise les papiers incomplets d’un chargement. Quand je me suis présenté aux guichets vitrés des douanes qui ressemblent à ceux des banques, le film « Walk the line » jouait à tue-tête sur une grosse télé montée sur un chariot à roulette à quelques pas derrière les trois douanières!

Soyez fiers de vos douaniers canadiens! Ils sont des individus beaucoup plus cultivés que leurs homologues états-uniens! Ils peuvent vous entretenir de la dernière nouveauté disponible en DVD ou bien d’un article intéressant dans un magazine spécialisé.

Mais est-ce dans leur description de tâches que de se cultiver au travail?

Sont-ils des douaniers diligents ou des fonctionnaires désabusés?

Font-ils leur travail correctement quand ils ont l’esprit absorbé à écouter la télé? Et s’ils étaient armés pour écouter un film ou pour lire un magazine?

Est-ce normal, quand on fait partie de l’autorité qui a le plus de pouvoir au Canada, d’écouter des films au travail, de faire ses devoirs d’université entre deux camions, de lire un magazine ou un livre?

Est-il normal d’avoir des étudiants pour assurer ces fonctions d’autorité ?

J’ai toujours l’impression que les douaniers canadiens laisseraient passer n’importe qui pour poursuivre la lecture d’un chapitre.

Quels sont les résultats statistiques sur la sécurité depuis que les douaniers américains demandent systématiquement l’identité à tous les entrants au pays? À quoi sert-il de poser autant de questions s’il n’y a pas d’augmentation des arrestations? Mais qu’importent les statistiques! Les douaniers sont payés pour faire un travail qui demande une vigilance soutenue, et je constate qu’à jour, il n’en n’est rien. Il me semble bien humblement que le divertissement n’a pas sa place dans un métier de surveillance.

Armer nos fonctionnaires frontaliers?

Quand ils seront bien recentrés sur leurs fonctions, quand ils seront bien concentrés sur leur métier, là peut-être, nous pourrons songer à les armer. Mais quand viendra ce temps, il faudra se demander s’ils ont la formation nécessaire pour manier une arme. On pourrait leur fournir un livre là-dessus, on les sait capables de le dévorer!

Je vous pose la question : a-t-on envie de faire porter des armes à des fonctionnaires? Mais a-t-on seulement envie d’avoir des fonctionnaires comme douaniers?

Les Américains ont bien raison de s’inquiéter. Nous devrions en faire autant.

Notez que cette perception concerne uniquement les postes de douanes pour camionneurs. Il se pourrait que les postes d’entrée pour les voitures ou encore dans les aéroports par exemple, soient différents. D’ailleurs, je n’ai jamais vu de douaniers canadiens lire dans un aéroport.

14 commentaires:

Tangerine du Québec a dit...

J'adore ton blog peut-être en partie parce que mon père avait une compagnie de transport et que à l'occasion j'embarquais dans son gros Kenworth pour aller avec lui soit à New York, Halifax, ou Thimmens en Ontario. Il en a avaler lui aussi des lignes blanches!

Anonyme a dit...

je trouve que ta as bien raison... Je suis allé faire un tour chez nos voisin il y a quelque semaine et la grosse question si je suis née au Canada. Avec le nom de louis-martin ouellet je ne crois pas être née ailleurs qu'au Québec... il me smeble qu'il aurait pu nous demandé ce qu'on voulais faire au État-Unis et pour combien de jour... Mais que voulez-vous la question du jour étais ou sommes née...
Et à notre retour,il m'a semblé que la personne qui nous pausais les questions avais bien hâte de notre départ pour continué sa lecture ou autre chose...

Héric a dit...

Voilà un billet bien téméraire qui risque de faire de toi la mascotte des douaniers canadiens, à moins qu'ils ne soient gavés de lectures en rentrant chez eux, et d'allonger sensiblement tes trajets ;o)

Il faudra penser à mettre en ligne quelques photos où tu auras pris soins de poser devant d'autres tracteurs pour brouiller les pistes :o)

Intellexuelle a dit...

Doux-à-nier. Le mot le dit. De les imaginer armés... brrrr... Probablement qu'au Canada, ils vont leur fournir des fusils à eau. Après les movies, ils pourront jouer à la TAG.

Michèle a dit...

Salut,
Je t'ai entendu à indicatif présent et t'ai vu hier dans le Châtelaine... un beau hasard t'a mis sur ma route :) Très contente :)
Te lire démystifie le monde des camionneurs et adoucit la perception que j'avais de ce milieu qui me paraît assez inaccessible. Merci ;)

J'ai plus de questions à te poser que de commentaires sur ton texte sur les douaniers... tes photos et mots entourant Laredo m'ont touché et me poussent aujourd'hui à t'écrire ...j'espère que c'est ok pour toi.
Je m'occuppe d'un projet qui aide une petite communauté mexicaine (côte nord-ouest) à se sortir de la pauvreté. Un petit groupe, principalement des femmes, se crées des emplois en fabriquant des articles-cadeaux-déco à partir de la coque de la noix de coco; leur ressource naturelle.
L'idée est de payer des salaires justes et équitables aux travailleur(e)s et d'encourager la production de leur articles dans des conditions écologiques. L'idée est aussi de réaliser une démarche de développement économique communautaire pour permttre à la communauté d'acquérir une autonomie.

Mon rôle à moi est de faire venir les articles au Québec et de les distribuer dans les milieux ouverts à la consommation responsable et équitable.

Mes questions :
Dans un contexte ou nous sommes un très petit projet pour l'instant (livraison de 3-4 grosses boîtes par 2-3 mois), que notre but premier est d'aider la communauté mexicaine (en leur offrant des bonnes conditions salariales et des ressources pour leur développement social et environnemental), que nous voulons que les consommateurs (québécois) paient un prix qui leur soit accessible pour les articles et qu'à part de mon temps, j'ai peu de ressources matérielles...
- quel serait le moyen le plus économique pour faire transporter les boîtes à Montréal ?(soit de Mazatlan soit de Laredo)
- crois-tu qu'il existe une(des?) compagnie(s) de transport interpellée(s) par des projets d'économie sociale et de développement durable et qui serait prête à faire un type de partenariat pour nous appuyer ?
- selon toi, qui serait les meilleurs personnes à contacter ?

(pour nos 2 premières commandes nous avons fait affaires avec une compagnie DHL (avion-route) et c'était ...300 $ pour 2 boîtes...)-crois-tu que le transport routier pourrait être mieux ?)

Voilà mes questions, un immense merci pour le temps consacré à me lire.
A bientôt j'espère et bonne route ensoleillée !
Michèle

Denis a dit...

Bonjour Michele,

Une compagnie de Ste-Martine se rend au Mexique, MEXUSCAN...aussi connu sous le nom de Charette Transport.

Le site web est www.mexuscan.com et le president est Robert Goyette. Ce president s'impliquait regulierement en nous passant des camions et des remorques, peut-etre sera-tu le charmer. Bonne chance

Denis

camionneuse a dit...

BOnjour à tous, je serai de retour demain. La connection n'est pas terrible alors j'attends à demain pour vous répondre

camionneuse a dit...

Zézette, clin d'oeil à toi et à ton pêre!

Louis-Martin, la prochaine fois, mets toi un turban et une barbe juste pour voir la prochaine fois... ;cD


Héric: ouais... on verra dans le futur si je fais leur mascotte... à suivre...

Intellexuelle: hahahahahha! J'étais vraiment crampée de rire (Richard aussi) en lisant ton commentaire! Des fusils à eau! en jouant à Tag! Hahaah!

camionneuse a dit...

Michèle:

tu peux contacter Daniel Goyette, il se trouve qu'il est le frère de Robert Goyette de Charette transport dont parle Denis plus haut. Tous deux pourraient être sensibles à ta cause. La femme de Danièle Goyette est d'origine mexicaine, un autre atout à ta cause. Tu peux leur mentionner mon nom, ça pourrait peut-être t'aider.

J'ai une amie qui est courtier en douane à Laredo. je te donnerai ses coordonnées si tu veux: Maritza Saucedo (elle parle les trois langues). Ecris-moi par courriel, il est dans mon profil. Je souhaite que ton projet réussise. (c'est temps-ci quand je souhaite quelque chose, ça se réalise!)

Bonnes chances!

camionneuse a dit...

ces temps-ci... oups!

tom99999 a dit...

armer des étudients.... pas une bonne idée

Le Train De La Nuit a dit...

Nos douaniers donnent en effet plus l'image de percepteur de taxes que de véritables vérificateurs d'antécédant. Ceux des États-Unis sont plutôt du types "militaire". Je dirais que leurs policiers et leurs inspecteurs des transports ont aussi le type "militaire". Nos policiers de la route et nos inspecteurs des transport quant à eux, sont plutôt sympathiques et facile d'approche.

On reconnait là les types, je devrais plutôt dire les stéréotypes de chacun des nos pays respectifs (en attendant d'avoir le nôtre pour vrai!): eux sont plutôt autoritaires, ils sont les plus beaux et ils pissent le plus loin. Les canadiens sont quant à eux beaucoup plus "relaxes", acceuillants et invitants. (Je me suis déjà fait arrêter pour un pipi sur le bord de la route, et j'ai eu les menottes et presque les menaces de me faire "scraper" ma carrière de chauffeurs qui va aux États-Unis!!!)

Il faut préciser que les douaniers n'ont de toute façon pas le mandats d'effectuer aucune arrestation, et que dans la plupart des postes de douanes, sauf ceux en Ontario, ils sont souvent présents un à la fois (surtout la nuit), ce qui n'est pas le cas du côté américain. Pour faire le travail de policier près des frontières, il y avait au Québec (pour parler de ce que je connais) plusieurs poste de la GRC. Par définition, les policiers sont les mieux placés pour faire le travail de policiers. Le précédent gouvernement (de notre meilleur Paul Martin) s'était fait un plaisir de les fermer (les postes de la GRC situés le long de la frontière).

La relation entre nos pays depuis des lunes fait qu'un citoyen américain pour entrer les doigts dans le nez au Canada, et un citoyen canadien peut entrer les doigts dans le nez aux États-Unis. C'est pour ça qu'une fois qu'ils (des deux côtés) t'ont demandé ton lieu de naissance et que ce dernier est au Canada ou aux États-Unis, toute autre question est superflue.

Tout à changer un certaine onze du neuf...

Mais... depuis que la poussière est retombée... et on sait que plus de 100 étages de tours qui s'écroulent, ça en fait beaucoup... je trouve que c'est redevenu "comme dans l'temps": un zip sur le code à barre, et "have a good day!".

Il faut dire que la carte Express a constitué une excellente pré-recherche d'antécédant. Pour les non-camionneurs: pour obtenir cette carte, nous devons fournir la liste de nos adresses et employeurs des cinq dernières années, ainsi que nos empruntes digitales (ça j'ai eu de la misère avec ça, mais bon, a t'on vraiment le choix?) afin de s'identifier jusqu'au fin fond de nos entrailles!

À tout cela, il faut ajouter la politicaillerie, qu'il ne faut pas confondre avec la politique. Lors du fameux 11 du 9, les américains avaient décidé, sur le coup de l'émotion, de vérifier l'intérieur de chaque remorque, portant le temps de vérification de 1 minutes à de 30 minutes à plusieurs heures! Après trois jours, les compagnies les plus dépendantes du juste à temps ont commencé à suspendre la production par manque de pièce! Trois jours!!! C'est déjà une partie de problème! Nos chers gouvernements, tellement déchirés entre la sécurité (eux) et le commerce ainsi que la fluidité de la frontière (nous) ont bien dû se rendre à l'évidence: on ne peut pas nous bloquer à la frontière à propos de tout et de rien sans qu'il n'y ait de conséquence sur le commerce.

Est-ce qu'on a bien fait d'armer nos douaniers (car je crois que c'est déjà officiel)? Non, car ça donne l'image d'un pays qui ne veut pas voir entrer personne chez eux, ni travailleurs, ni touristes, ni immigrants, etc... comme eux autres. Notre pays a toujours été un endroit où tout le monde pouvait espérer y être accueilli à bras ouverts.

Et le pire, c'est qu'il ne faut pas y voir un quelquonque racisme envers nous ou envers quiquonque, car les américains qui retournent chez eux subissent le même traitement par les douaniers de leur pays!

Anonyme a dit...

Bonjour à vous, mme camionneuse. J'ai beaucoup apprécié ton histoire. Malgré le fait que tu donnes l'apparence que ce sont tous les douaniers qui regardent la télé ou lisent un livre.

Je voyage beaucoup internationalement et je peux vous confirmer, à mon expérience, que la majorité des douaniers canadiens sont très professionnels; êtes-vous déjà allé au Maroc, aux Indes; au Mexique?

Toutefois, je crois que ton blogue n'est pas très pertinent, suite à la lecture des courriels d'opinions. Il semble que ton blogue risque de faire perdurer de fausses images.

La douane est une agence très peu connue par les politiciens; les corps policiers- oui même la GRC; et le public en général.

exemple, le blogueur le train de la nuit: premier point, les douaniers sont des agents de la paix à plein titre, selon le Code Criminel. les douaniers font des arrestations pour toute infraction au CC; incluant aussi des test ivressomètre; mandats d'arrestations etc. De plus ils arrêtent aussi en vertu de la Loi des Douanes et immigration.

Deuxième point : Contrairement à ce qui paraît dans les journaux,ce ne sont pas les agents de la GRC qui arrêtent les criminels étrangers, interceptent les armes; les drogues; les illégaux; les conducteurs ivres etc. ce sont les douaniers (voir les statistiques sur le site web des douanes). Comme dans tous les métiers, ceratins sont plus professionnels que d'autres; même dans la police!

Troisième point : les armes de poing sont pour la protection personnelle des agents, un point c'est tout. Les douaniers font face à tous les jours à des américains possiblement armés et aussi dangereux, en effet, les armes de poing sont très facilement accessibles aux USA. Donc, l'argument que l'on ne veut pas 'avoir l'image d'un pays qui ne veut pas voir entrer personne chez eux' ne tient pas. Doit-on mettre en péril la vie des agents pour une question d'image? Malgré les mesures prises par les douanes américaines, les canadiens ont-ils cessé de voyager aux USA?

Quatrième point : les mêmes gens qui se plaignent du manque de sécurité aux frontières crient haut et fort lorsqu'ils se font demander de présenter une pièce d'identité ou un passeport, ou qu'ils trouvent que ça prend trop de temps à attendre en ligne.

Cinquième point: Les douaniers américains sont-ils plus professionnels parce qu'ils ont l'air 'militaire'? Que ce soit au Québec ou tout autre endroit en Amérique du Nord, les policiers et les douaniers sont pareils : on reçoit ce que l'on donne. En d'autres mots, si votre comportement est aggressif ou confrontationnel, ne vous attendez pas à voir un tapis rouge se dérouler devant vous.

Finalement, je crois qu'il s'agit ici de la mentalité que les américains sont plus fins que nous autres. À mon avis ce n'est pas le cas. Nous n'avons simplement pas les mêmes ressources.

Donc s'il-vous-plaît, cessons de taper sur la tête des gens qui protègent notre pays.

Anonyme a dit...

Je trouve que tu as raison.

Effectivement, ton opinion reflète ma perception. Il est domage que la tendance soit d'armer les douaniers sans considération sur le travail plus que douteux qui semble être effectué présentement.

Le gouvernement devrait s'attarder à améliorer son services et faire le ménage parmis ces fonctionnaires paresseux.

Je considère que ton blogue est tout a fait pertinent puisqu'il réflète une opinion que d'autres partagent.

Intéressant.