12 octobre 2008

Je ferroute!

Brampton. Ontario.
Ça sent Noël à l’usine, comme si je rentrais dans une maison pendant les préparatifs des fêtes. Il fait chaud comme quand on vient de faire quelques fournées de biscuits et ça sent la brioche à la cannelle qui vient tout juste de sortir du four. Ici, on me charge de kits de maison en pain d’épices pour la Californie. Au passage, j’ai juste envie de me voler un morceau de toit pour le mordre en respirant. Ils semblent encore moelleux, mais je n’ose pas… Les gars des charriots élévateurs sont comme des lutins qui s’affairent à déplacer les boites pour les expédier aux quatre coins de l’Amérique. Moi, je n’irai pas jusqu
’en Californie, mais jusqu’à Chicago, car je vais ferrouter! Vous aurez beau chercher dans le dictionnaire si vous voulez, mais c’est un verbe qui existe. Comme le mot ferroutage d’ailleurs.

Voici ce que me dit Antidote, mon logiciel favori :
[TECHNIQUE] Moyen de transport combiné des marchandises par remorques routières acheminées sur des wagons plats utilisé pour éviter les transbordements.

Et maintenant, une petite vidéo que j’ai tournée au passage.

video

La photo suivante est le charriot élévateur qui peut soulever toute une remorque de plus de 60 000 livres.













Mais plus bas, c'est cette araignée géante qui fait le plus gros du boulot. Elle passe carrément par-dessus le train où elle gobe une remorque après l'autre pour les mettre sur un wagon ou les en retirer. Les camions jaunes quant à eux, alignent les centaines de remorques le long de la voie ferrée pour les embarquer et prennent les remorques qui arrivent pour les stationner dans la cour, là où moi et les autres chauffeurs allons les prendre.


3 commentaires:

Boubou a dit...

Et ont comprends les nombreuses «scratchs» sur les remorques...

C'est merveilleux que tu es eu le temps de prendre ces photos, je n'avais pas eu la chance de le faire puisque ils étaient en «break» et moi trop pressé pour les attendres...

Chanceuse d'avoir eu un BNSF, c'est tranquille ces temps ci sur les «trains»

The Knee a dit...

J'ai commencé mon métier de camionneur sur les conteneurs au port, le CN et le CP, oui assez impressionnant surtout lorsque l'opérateur te fait sentir son mécontentement en brassant ton camion comme un vulgaire mouchoir... j'étais nouveau et je ne connaissait pas les rudiments du métier, s'était mon seul erreur...!!!

Gcoq a dit...

Génial! et impressionnant!!! Ici (en France...) y'a presque pas de ferroutage à cause.... des grèves!!!!! le réseau ferré français étant encore national, quand les fonctionnaires décident de faire grève parce que X raisons (parce qu'ils n'ont pas assez de primes ou qu'on veut reculer la retraite à 45 ans ou pleins d'autres raisons... ;-) ), ils bloquent tout.... et donc les camionneurs (et surtout les patrons) préfèrent prendre la route.....
A+ et bonne route!

ps: ça sent bon un camion plein de pain d'épices?????