28 juin 2007

Mon voyage en Europe (et au Manitoba.)

Je vous inquiète peut-être un peu, de partir comme ça sans nouvelles, mais j’étais en voyage. J’ai visité Londres et la campagne anglaise, Paris et la Provence, et les plaines du Manitoba. Que de splendeurs!
Mon budget total pour le voyage : 8 $.


Aussi loin que je me souvienne, c’est le plus beau voyage littéraire qu’il m’ait été donné de faire. J’ai pris le bateau, le train, le tramway, j’ai bu et j’ai mangé, senti, vibré, j’ai aussi ressenti toute une gamme d’émotions.

Pour voyager à petit budget, voici le secret…

«
La détresse et l’enchantement » de Gabrielle Roy, son autobiographie. À lire et à relire.

Vous m’en donnerez des nouvelles.


Je garderai ce voyage en mémoire longtemps. 10/10 (pour vos carnets).

(Qui m’avait suggéré ça? Je n’arrive pas à le retrouver)

4 commentaires:

André Tremblay a dit...

Sandra,

J'ai adoré ce livre. Gabrielle Roy nous transporte dans un autre monde, le sien.

En passant, j'aime beaucoup la façon dont tu introduis ce billet : c'est unique; c'est ta façon !

Jean a dit...

Étonné, en commençant la lecture de ce billet: Sandra, Richard et Fuego partis se balader en Europe sans nous avertir d'avance et sans nous donner de nouvelles pendant leur périple?... :-))

Malheureusement, je n'ai pas encore lu cet ouvrage de Gabrielle Roy. À mettre dans ma liste... Un de ces jours...

C'est vrai que la lecture de bons auteurs est une porte toute grande ouverte sur le monde et sur un univers de magnifiques découvertes. Et tout ça, avec un budget somme toute raisonnable...

André Tremblay a dit...

Jean,

Ce n’est pas qu’ils soient partis en Europe qui m’a d’abord chicoté, mais surtout qu’ils aient amené Fuego…

Ce billet de Sandra, même s’il est assez court, à probablement été celui pour lequel j’aurai mis le plus de temps à lire. Car, je bloquais en imaginant ce cher Fuego (qui aurait pu tout aussi bien s’appeler « Alexis ») zigzaguant dans les différents arrondissements de Paris ou encore en touriste sur un bateau-mouche sur la Seine. C’eût été vraiment leur « Dernière Cène ».

André.

Daniel Paillé a dit...

Moi aussi j'aime bien voyager dans un livre mais lorsqu'elle se couche à mon coté, impossible de continuer la lecture... Quelle histoire!
Bize