17 juin 2006

Des feux sans artifice.

Je file au sud en Illinois sur la 57, l'autoroute est presque déserte. Le soleil s'abandonne à l'horizon et dans la pénombre les arbres deviennent des ombres. Je pénètre un couloir de feuillus qui se voûtent sur la route, et au sortir de cette allée enchantée, le ciel a enfilé son pyjama étoilé. Une myriade de lucioles se réveillent et scintillent comme si c'était jour de fête. Elles transforment la plaine en champ de Noël. Elles virevoltent entonnant l'hymne des cieux et l'écho des montagnes redit le chant glorieux... Elles font des farandoles luminescentes, comme une symphonie flamboyante. Un maestro de la lumière vient s'éteindre dans mon pare-brise, laissant une tache phosphorescente verte et vive, qui prend quelques minutes à s’évanouir. J'assiste aux feux sans artifice, sans gaz à effet de serre ni fumée infecte à respirer quand il s'éteint. Les lucioles me font la leçon : pas besoin d'explosion pour faire briller le ciel. Je me surprends à rêver que du bout de mon doigt je deviens leur Maestro que je présente ce spectacle vert du haut du pont Jacques Cartier et tout en bas, il y a des Ho! et des Ah!. Et pourquoi pas les internationaux des concerts de lumière de lucioles? Aujourd'hui, les belles lumineuses d'Italie, la semaine prochaine, les radieuses du Chili, invitons aussi les Lampyres du Brésil, regardons les rayonnantes du Canada, applaudissons les flamboyantes du Costa Rica... Une féerie de lucioles à la Ronde sans enfumer les étoiles! Suis-je illuminée? Plutôt enchantée par la féerie les mouches à feu.

6 commentaires:

ursule a dit...

Bravo Sandra!

Là, tu viens de faire mouche...

Bonne soirée,

André.

France a dit...

Te lire est toujours un plaisir. Il est clair que sans le dire, tu traînes un aiguisoir pour affiner ta plume dans ton chalet sur roues ;).

Léonor a dit...

Quelle poésie, mille bravos !

Bibite007 a dit...

C'est fou ce qu'il y a du talent derrière ton clavier. Je bénis les blogs! De découvertes en découvertes, j'ai l'impression d'ouvrir une fenêtre sur un nouveau monde. Merci pour cette belle prose elle accompagne très bien une journée ensoleillée comme aujourd'hui.

simon robidas a dit...

Dans ton texte, il y a un très clair reflet de la beauté que tu as perçue sur la route. Bravo et au plaisir de te lire à nouveau.

fanchette a dit...

j'ai fait ta connaissance grace à papy Jean le francomtois, je trouve génial ton journal de bord, je suis de brest finistère nord, la pointe de la bretagne en France
j'aime beaucoup ce que tu écris dans un français parfait, c'est superbement poètique,je viendrais souvent te voir je t'ai ajouté à mes favorits qui ne sont pas nombreux! voici l'adresse de mon blog (http://la-douce-rose-france.spaces.msn.com/personalspace.aspx?) si tu as le temps passe me voir ce sera une façon de me connaître!Bonne route...à bientôt de te lire. fanchette de bretagne.