23 janvier 2006

Mes élucubrations à la sauce Louis-Gilles Francoeur

En ce jour d’élections et en toute modestie, laissez-moi faire une Louis-Gilles Francoeur de moi-même le temps d’un billet.

Depuis 2002, tous les camions de la flotte sont semi-automatiques. Il y a trois pédales comme dans une voiture manuelle, mais c’est le module électronique qui change les vitesses sans jamais se tromper, tout en l’ajustant au chargement. Les mains du chauffeur sont ainsi libérées et il peut se concentrer uniquement sur sa conduite sans se soucier du changement de vitesse. Le couplage de trois équipements de pointe : la transmission semi-automatique, les pneus larges (photo) limitant la friction des essieux de propulsion du tracteur d’environ 20 % et la génératrice ont permis à la compagnie de réduire considérablement ses émissions de gaz à effet de serre. Avant l’ère de la génératrice, nous devions faire fonctionner le moteur du camion pour garder une température ambiante confortable pour nous reposer. Voici les faits :

Un moteur de camion tournant au ralenti (sans faire de mouvement), consomme en moyenne 3.78 litres à l’heure.

Considérant les 24 heures d’une journée, soustrayant les 9 heures de conduite moyenne d’un chauffeur seul, il lui reste entre 14 et 15 heures, pour gaspiller du pétrole.

Il ne faut pas se leurrer, très peu de camions sont équipés de génératrice, parce que son prix d’achat est de 10 000 $ sans compter son entretien périodique. Sans cet équipement, un chauffeur qui veut dormir à moins de 15oC et à plus de 22oC doit faire fonctionner son moteur pour être confortable. Plusieurs chauffeurs, peu soucieux de l’environnement, laissent rouler le moteur même quand ils sortent se restaurer. Chez CAT, on a réglé le problème : si le camion ne roule pas, le moteur s’arrête automatiquement au bout de 4 minutes.

La moyenne d’idling (fonctionnement du moteur sans mouvement) de la compagnie est passée de 35 % à 5 %, économisant ainsi des millions de litres par année.

Depuis 2000, la moyenne globale de consommation de notre compagnie est passée de 45-48 litres au 100km à 34-38 litres au 100km. C’est énorme ! Considérant que les 475 chauffeurs parcourent 75 millions de kilomètres annuellement, faites les calculs comme vous voulez, il y a eu des millions de litres d’épargnés. Appliquons ces mesures à l’Amérique entière, ça grimpe à des milliards de litres !


Imaginez-vous si toutes les compagnies étaient obligées de le faire conformément à une loi ? Une autre pétition en vue ! Attendons le prochain ministre de l’Environnement et bombardons-le de courriel. Je vous laisse ça entre les mains…

Voici les solutions :

Équiper tous les camions d’une génératrice. Pour l’instant, c’est ce qui est le plus réaliste, d’autres solutions sont disponibles sur le marché notamment un équipement de chauffage fonctionnant avec les batteries sans faire rouler le moteur, mais au bout de quelques heures, les batteries faiblissent trop. Et l’air conditionné ne marche pas avec ce système.

Programmer les modules électroniques pour que les moteurs cessent de tourner au bout de quelques minutes s’ils sont équipés de génératrice.

Quand les camions sont équipés d’un moteur d’appoint, interdire le fonctionnement du moteur au ralenti dans toutes les provinces. Émettre de lourdes amendes à l’instar de l’état de New York qui donne des contraventions aux chauffeurs qui font tourner leur moteur plus de 5 minutes lorsqu’ils sont arrêtés. Remettre des constats d'infraction aux truckstops qui tolèrent de telles pratiques en patrouillant dans leur stationnement sur l'exemple de la Loi antitabac, qui donne aussi une contravention au commerçant.


Verrouiller la vitesse de tous les camions à moins de 110km (pour être réaliste, dans certains États la vitesse absolue maximale est de 70mph). C’est possible de le faire, puisque chaque camion est muni d’un module électronique manipulable au moyen de codes d’accès. Si on le fait pour nous, camionneurs, on le fera aussi pour vous, automobilistes. Ainsi, toutes les voitures et tous les camions ne pourraient rouler au-dessus, disons 110 km/heure puisqu’en sortant de l’usine, tous les véhicules seraient verrouillés sans possibilités d’en augmenter la vitesse. Avantages collatéraux : les policiers auraient autre chose à faire que des opérations séchoirs à cheveux pour se concentrer sur des choses plus importantes. Il y aurait moins d’accidents dus à la vitesse réduisant les coûts des assurances et les coûts de santé, les émissions de gaz à effet de serre diminueraient considérablement.

Qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêts à toujours rouler à moins de 110km/h même sur la grand-route ?

12 commentaires:

Anonyme a dit...

"Émettre de lourdes amandes à l’instar de l’état de New York qui donne des amendes..."

amandes /= amendes

Juste une petite remarque pour vous signaler la petite erreur d'orthographe ci-haut.

J'en profite pour vous féliciter pour votre très belle plume et vos propos souvent fort pertinents et toujours très intéressants. Bravo!

choubine a dit...

Ça m'a l'air que vous avez choisi, Richard et toi - ou que le hasard a choisi pour vous - une compagnie à votre image. Et ce que fait l'entreprise qui vous emploie, pourquoi les autres ne pourraient-elles pas le faire? Pourquoi ne le devraient-elles pas?

camionneuse a dit...

Bonjour à Choubine merci pour tous tes commentaires.

Bonjour Anonyme et merci pour les précisions. Les fautes d'ortographes me donnent des mots de tête!

Sandra

Anonyme a dit...

Wow tu l'as bien lu le manuel du camion! (Je blague). Mais il n'y a sans doute pas beaucoup de camionneuses (eurs) qui connaissent dans tout ce détail leur chalet. Côté aménagement ça ressemble à ma caravane sauf qu'il y a une douche, bien sûr plus d'espace (7'x 18').
Pour les fautes j'ai le profond sentiment que les inventeurs du français écrit s'évertuaient a nous jouer des tours pour nous faire mal paraitre.

Pas trop de vent, Giorgio

camionneuse a dit...

J'aime les amandes salées, mais pas amendes salées...

Serge a dit...

Ces informations sont hyper intéressantes, merci. Et pour répondre à ta dernière question...il ne faut pas escompter voir sur le marché de tels véhicules car que fera une ville sans contraventions ? Comment ira-t-elle chercher du financement pour payer ses employés ?

Bonne route !

Eric a dit...

Je trouve que 110 Km/h c'est largement suffisant mais en France la voiture est souvent un moyen de montrer sa puissance (sans doute un héritage de la préhistoire ou le mâle devait affirmer sa domination pour avoir les femelles!)

Du coup la limitation de la vitesse est vécue comme une castration et passe très très très mal.

Peu d'hommes politiques ont eu le courage de la limiter.

camionneuse a dit...

En passant, j'ai retravaillé le texte qui est un peu plus clair en remplaçant les amendes que j'utilisais 3 fois...

Et puis Serge? Est-ce que tu travailles pour la ville?...
Ce qui explique qu'une telle loi te ferais peur.

Mais n'oublie pas que même si la vitesse maximum des véhicules serait de 110, la majorité des routes, rues, rangs etc sont à 90km/h, 70km/h, 50km/h de même de 30km/h dans les zones scolaires. Il y aurait encore ces possibilités pour ramasser de l'argent! Qu'en dis-tu?

Nazarine a dit...

Je roule mtnt à 100km l'heure et j'en suis fort aise... on arrive aussi vite, donc pas de problème dans mon cas. Respecter notre langue et la bien écrire, c'est la moindre des choses..

Nazarine

Le Train De La Nuit a dit...

J'ai justement vu Louis-Gilles Francoeur à l'émission Le Fric Show que j'ai écouté ce soir... ça fait drôle de voir le visage et le corps qui va avec la voix qu'on entend depuis si longtemps!

Tu as bien raison avec les idées que tu présentes ici. En Europe, ils ont limitées la vitesse des camions à 90 kilomètres-heure, et c'est entré dans les moeurs. Il est vrai que là-bas, pour les camionneurs, c'est un tout autre monde.

Par contre, une telle mesure serait ici très difficile à faire "passer", surtout du côté des États-Unis, pays de la liberté absolue (bon, je sais que depuis le 11 septembre 2001, ce n'est plus le cas, bien au contraire!).

Pour ce qui est de ma petite personne, nous avons, ma Caro et moi, abaissé notre vitesse de croisière automobile à 100-105 kilomètres-heure à peu près au moment où le prix de l'essence a atteint 1,40$ du litre (je sais, les européens vont crouler de rire!). Tout ça pour dire que pour prendre 5 minutes de plus par heure de voyagement, c'est incroyable la différence observée sur la consommation d'essence.

En camion, c'est exactement la même chose, mais avec des chiffres démesurément plus gros. Reste que c'est à environ 105 kilomètres-heure qu'un véhicule est le plus économique.

Jeff

Mijo a dit...

J'applaudis toutes les mesures prises personnellement et en l'occurence ta compagnie pour éviter le gaspillage, la pollution.

En plus, même si c'est cher à l'achat, à la longue ce sera un bon retour sur investissement.

Sais-tu si ta compagnie pour avoir fait ce choix reçoit des compensations financières par le gouvernement québecois ou celui fédéral.

Si ce n'est pas le cas, j'applaudis encore plus fort et je la remercie de penser à notre belle planète.

Anonyme a dit...

Bonjour Sandra. Je viens de découvrir votre blogue et je réagis à votre commentaire sur le fait que le recyclage demeure inexistant aux EU. Pendant notre voyage à travers ce grand pays l'été dernier, de Seattle au Québec par le Midwest et le sud des Grands Lacs, l'absence de bacs à recyclage dans les terrains de camping m'avait intrigué, et je vois dans votre message la confirmation de cet état de fait. Les Américains ne semblent pas préoccupés outre-mesure par l'amoncèlement d'ordures et l'épuisement des ressources. Ça jette à qui mieux mieux, comme si consommer était un devoir civique.

Vos récits sur le transport en longue distance sont captivants (et les photos sont magnifiques). Je suis traducteur et je trouve des ressemblances entre votre métier et le mien. L'isolement, les longues heures passées devant un écran (à défaut de pare-brise), et aussi un certain sentiment d'indépendance. Merci d'avoir partagé un peu de votre quotidien à Indicatif présent. C'est ainsi que j'ai découvert votre blogue. La table ronde était fort intéressante (mais un peu trop courte à mon goût).

Je m'insurge régulièrement contre les conducteurs de voiture qui jouent aux fous autours des camions. Malheureusement, cet automne, un camionneur est mort dans un banal accident sur la 20 entre Québec et Montreal. Une voiture a perdu le contrôle alors qu'elle venait de dépasser le camion. En tentant d'éviter la voiture en déroute, le camionneur a lui aussi perdu le contrôle de son véhicule. Le convoi a quitté la route et a frappé un pilier de pont juste au mauvais endroit. Prudence donc.

Bruno Sterckeman
La Pocatière Québec