07 décembre 2005

Des pâtes au fioul pour dîner...

J’ai mis des pâtes à bouillir pour mon dîner. Je les surveille par-dessus mon écran assise dans mon lit. Vous savez, c’est tout un système pour cuisiner en camion. C’est de la cuisine de brousse tous les jours. D’abord, vous devriez tous avoir ça : une bouilloire qui fait office de chaudron, son fond est une plaque chauffante et l’ouverture fait son diamètre. L’eau y bout en 3 minutes, j’y dépose les pâtes et attends un autre 2 minutes, je la débranche et je laisse reposer environ 8 minutes. Au total, 5 minutes d’énergie dépensée. Qui dit mieux ? Il faut bien économiser l’énergie quand on fait des pâtes au fioul ! En effet, pour produire du courant je dois démarrer la génératrice, qui puise directement son combustible dans les réservoirs. Pas trop écologique comme système. Afin d’éviter tout renversement de mon précieux repas, je dois déposer la bouilloire directement sur le sol entre les deux sièges dans un grand réceptacle de plastique. Les soubresauts de la route font souvent déborder l’eau. Je suis loin de la cuisine de Josée Di Stasio ! Je vous confirme que l’ail se congèle : la gousse que j’ai laissée dans le camion pendant mes congés, où le thermomètre a franchi le point de congélation, est encore bien craquante sous mon couteau. Mes doigts deviennent collants au contact du jus de l’ail. Je n’ai pas de robinets pour les rincer, alors je me résous à les tremper dans l’eau de cuisson des pâtes pour enlever un peu l’odeur. La sauce tomate en bouteille viendra compléter mon repas et un verre de lait pour les protéines et le calcium.

2 commentaires:

Mijo a dit...

De la vraie cuisine de débrouille !!

anny de québec a dit...

effectivement cela semble du sport faire de la bouffe. tu devrais sortir un livre de recette pour camionneur.