16 février 2007

Leçon de conduite pour ne pas terminer comme un triste trophée de chasse sur un capot…


Grosses journées d’hiver! La tempête nous précédait pour glacer notre route et la saupoudrer de neige. Durant presque 24 heures, on a vécu dans de difficiles conditions de conduite. La méchante a fini par nous lâcher pour aller déverser un demi-mètre de misère sur le Québec qui la pellète encore.

Notre calvaire était bordé de plusieurs véhicules sortis de la route, dont plusieurs dizaines de voitures et quelques camions. Il y a même un automobiliste, qui, après que j’ai signalé mon intention de changer de voie à gauche, s’est mis à accélérer brusquement pour me dépasser et a perdu totalement la maitrise pour s’en est allé paitre dans la neige folle au milieu de l’autoroute. S’il n’avait pas pris le champ, il aurait été anéanti sous ma remorque.

Le contrôle sur la glace réside dans le dosage des accélérations et des décélérations. Ce chauffeur a eu le temps d’y réfléchir dans son amortissement. Je l’ai vu bouger dans mon rétro, je ne suis pas arrêtée pour voir s’il allait bien.

— Mais quelle sauvage individualiste suis-je en train de lire, vous entends-je murmurer derrière vos écrans? — C’est un cas de non-assistance à personne en danger, vous voudrez peut-être me réprimander!

Le danger résiderait plutôt dans l’action de marcher sur le bord de l’autoroute glacée, tandis que le trafic roule toujours avec son lot d’inconscients. Le gars est en sécurité dans sa voiture bordée d’un coussin de neige. Si vous sortiez de votre cage de protection en tôle rudement mise à l’épreuve par les tests les plus violents pour en assurer sa sécurité en cas de collision, vous seriez plus à risque qu’un orignal à découvert sur le chemin d’un chasseur et vous pourriez finir comme un vulgaire trophée de chasse sur un capot.

Sur l’autoroute, si le trafic roule, il ne faut JAMAIS sortir de son véhicule sur une chaussée glacée ou enneigée ni même dans le brouillard pour aller aider des automobilistes en difficulté. Les risques pour qu’un autre chauffeur perde la maitrise de son véhicule et vienne vous écraser sont infiniment supérieurs que sur une chaussée sèche. Appelez les secours, c’est le mieux que vous puissiez faire.

Je vous dis ça, parce qu’un jour, juste devant moi, une fourgonnette a capoté avec des enfants à bord. Je me suis arrêtée sur l’accotement glacé pour prêter mainforte à la petite famille sous le choc. Quelques automobilistes qui me suivaient ont fait la même chose, mais un chauffeur bien intentionné est venu heurter très violemment le pare-choc d’une voiture alors que je me trouvais à quelques pas. Il s’en est fallu de peu pour que j’aie les jambes sciées entre les deux, ce qui aurait été pire que l’état dans lequel se trouvaient le conducteur et ses passagers qui n’avaient aucun traumatisme physique apparent.

En attendant mars, soyez prudents! Nous en ferons autant.

4 commentaires:

ursule a dit...

Sandra,

Tes conseils sont des plus judicieux : on ne les répétera jamais assez !

Êtes-vous sur votre retour ?
Vos nouvelles nous manquent.
Vous aussi, soyez prudents.

Bonne route,

André

Jean a dit...

Bien sûr que tu as pris la bonne décision, Sandra. Et un autre qui conduisait plus avec ses pieds qu'avec sa tête!...

Et, à propos d'être hors de son véhicule sur une autoroute ou sur toute autre route à haute vitesse, les personnes qui regardent à la télévision "Vidéo patrouille" (ou son équivalent anglais) savent de quoi tu parles, parce qu'on en voit souvent des situations du genre qui se terminent quelquefois tragiquement. Encore cet après-midi à la télé, j'ai vu une séquence dans laquelle un B-train (deux remorques) de FedEx fonce à toute allure, en dérapage sur neige et glace, tout droit vers nous, c'est-à-dire vers l'auto-patrouille qui contenait la caméra!... Toute une sensation pour nous, téléspectateurs, mais j'ai aussitôt pensé à celle qu'a dû avoir le chauffeur de ce camion (et probablement aussi le policier s'il était dans son auto...)!... Frissons garantis!...

Autre chose aussi: certaines conditions de la circulation, de l'état de la route ou des conditions météorologiques font que c'est beaucoup plus dangereux d'arrêter que de continuer son chemin. Et tu cours des chances que, lorsque tu seras arrêté, tu seras loin et peut-être même très loin de la scène de l'incident. Donc, arrêt potentiellement dangereux et inutile. Il faut donc juger de la situation très rapidement et prendre la décision qui s'impose tout aussi rapidement!...

Denis le camionneur a dit...

J'en prend bien note, je fais mon premier voyage demain(dimanche) pour Buffalo, le nord de New-York et oui il en on recu des tonnes comme dit l'annonce....En passant je serai dans le camion XTL 18666...Au plaisir de vous rencontrez

nina a dit...

belle leçon…de conduite !