05 août 2006

Les trippes d'Isabelle

Il faut lire la lettre touchante qu'Isabelle a écrit à son embryon qu'elle a fait avorté il y a 7 ans. Plein d'émotions, il fait réfléchir. À croire que dans une société qui est pro-choix, les femmes ne sont pas assez informées sur les conséquences psychologiques à long terme d'un avortement. L'avortement est banalisé, alors que la femme en reste marquée à jamais.

4 commentaires:

ursule a dit...

Sandra,

Oui, tu as bien raison, vraimant touchant !

À bientôt !

André.

Anonyme a dit...

J'ai eu un enfant en 2005, ça changé beaucoup de choses dans ma vie, en mieux j'entends! Maintenant que je connais l'amour qu'une mère éprouve pour son enfant, le souvenir d'un bébé perdu me revient. J'ai aussi été avorté en 1998, j'avais 17 ans et j'ai pris le temps que réfléchir avant de prendre cette décision. Je ne le regrette pas, j'assume moi aussi, mais en sortant de cette clinique par un matin d'automne, le temps était splendide, les feuilles le l'immense arbre étaient d'un jaune éclatant...je me souviens de tous les détails. Je me dis avec le recul que finalement cette journée m'a peut-être plus marqué que je ne l'aurais cru au départ...

camionneuse a dit...

Salut André!

On repart bientôt soit sans crainte.

Anonymous,

Vous êtes parmis les preuves vivantes que l'avortement n'est pas sans conséquences. Bien sûr, les regrets ne mènent à rien, mais il me semble que le fait qu'il y ait des femmes comme vous qui en parlent, plusieurs années après, rééquilibre les choses. Trop souvent on entend des gens qui n'y connaissent rien. Les alolescentes du Québec sont celles qui avortent le plus au monde. Il y a du travail à faire là-dessus. C'est à mon sens un grave problème de société. Merci d'avoir le courage de témoigner. Et bravo pour le petit de 1 an. C'est une belle réalisation!

Sandra

Tangerine du Québec a dit...

J'ai pleuré en lisant son entrée. A 46 ans je suis devenue enceinte AVEC la pilule et j'ai fait une fausse couche à 3 mois de grossesse ignorant être enceinte. Je me suis sentie coupable de ne pas avoir fait attention, d'avoir aidé quelqu'un à déménager la veille etc. Alors j'imagine que ça doit être bien pire lorsque l'on est obligé de le faire à cause de sa situation actuelle qui n'est pas toujours favorable à la venue d'un bébé.